Le route à vélo « Greenvelo »

24 – 27 août

Augustow (pologne) – Dobarz – Klukowo wies – Siemiatycze – vers Murawiec (pologne)

309 km

terespol

En me rendant hier à l’office du tourisme, j’ai pris connaissance d’une route à vélo toute nouvelle qui permet de découvrir l’est de la Pologne sur des routes à très faible circulation. Ça tombe bien car c’est l’itinéraire qu’ai à peu près prévu pour rejoindre la frontière ukrainienne. Comme quoi j’ai bien travaillé avant de partir !

Pour cette première journée sur la greenvelo, j’ai passé une grande partie dans le parc national de la Biebrza (se prononce biébja). La randonnée est bien sûr le meilleur moyen pour rentrer au cœur du parc mais la route qui passe est plus que sympa et permet de découvrir plusieurs types de paysages du parc. Ce n’est rien de fulgurant mais c’est beau, paisible, à l’image de la rivière qui se tortille sur des dizaines de kilomètres.

IMG_4052

plus de 2000km à travers la Pologne

 

IMG_4051

aire de repos pour cyclos

IMG_4070

 

Sur cet toute à vélo, les aménagements sont remarquables avec des pistes cyclables toutes neuves là où le trafic est un peu plus important sur la route, des aires de repos/pique-nique tous les 15 kilomètres environs.

Trouver un endroit où planter la tente n’est pas un problème, il y a assez d’espace et les maisons sont peu nombreuses, j’ai d’ailleurs cru que je ne trouverai pas d’eau. Les moustiques, il y en a encore mais c’est supportable, c’est l’arrière-saison déjà. Les femelles ne sont plus aussi voraces, elles vont hiberner dans quelques semaines.

IMG_4075

la rivière Biebrza

IMG_4082

IMG_4085

encore avec mon lard et les concombres de Lituanie, 3 jours déjà !

IMG_4088

IMG_4101

il y a de l’espace en Pologne

IMG_4115

IMG_4138

pas emm… par les voisins ce soir

La nuit a été excellente et après le traditionnel séchage de tente, nuit très humide ici, j’ai repris la route en direction du sud, sous un franc soleil. Je roule une bonne vingtaine de kilomètres sans âme qui vive, ce parc national de la Biebrza a une densité de population quasi nulle.

Puis je laisse la véloroute pour la retrouver dans 2 jours. Les paysages changent aussitôt avec l’apparition des champs et des pâturages, c’est assez vert dans l’ensemble, bref les kilomètres défilent tranquillement.

IMG_4152

dans le parc national de la Biebrza

IMG_4165IMG_4110

Je fais une grosse pause lors du déjeuner, il faut savoir se reposer aussi et j’entame la discussion avec une vieille dame qui attend son bus. La conversation est limitée mais on arrive à se comprendre, c’est le principal. Avec déjà 60 kilomètres dans les jambes, il m’en reste une quinzaine avant de trouver un bon spot pour la nuit. Et c’est exactement au 75è kilomètres que je commence mes recherches, qui n’ont pas duré bien longtemps.

IMG_4104

la sécurité, un corps de métier d’avenir en Pologne

IMG_4168

oh les belles mirabelles

IMG_4169

à côté les maisons sont pourries, peu importe, l’église en jette

IMG_4170

J’ai demandé à des gens près de l’église où je pourrais dormir, ils m’ont montrés des endroits assez farfelues telle qu’une petite place herbeuse à la vue de tous. J’ai insisté en leur disant que je voulais avoir la paix. La dame est donc allée sonner chez le prêtre et après 5 bonnes minutes de discussion avec la femme de ménage, Elisabeta, je peux planter la tente dans le jardin, avec en prime une invitation pour manger le dîner, à 17h30, on est Pologne ! Je ne peux pas dire que j’avais une grosse faim (déjeuner à 14h30) mais il faut nourrir les muscles pour demain ! Là encore la communication n’a pas été évidente mais avec un mélange de russe-polonais et italien, on a réussi à tenir plus d’une heure.

La soirée je n’ai pas fait long feu, 75 kilomètres, même sur du plat et à un rythme pépère, ça fatigue.

IMG_4183IMG_4045

Dès le réveil (les cloches de l’église ont sonné à 6 heures pétantes), j’ai senti que la journée allait être difficile, les jambes sont lourdes et j’ai l’estomac tout retourné, je me demande si c’est à cause des mirabelles ou du lard mangés hier.

A 8 heures, c’est la messe et il faut croire que tout le village y assiste car des fidèles sont aussi dehors pour écouter le sermon. Moi j’ai préféré faire le plein d’eau.

J’ai passé une journée tranquille jusqu’à Siemiatycze sous un soleil de plomb. Pas grand chose à signaler sur la route, les cyclos je n’en vois plus.

IMG_4189

sortie de la messe

IMG_4193

ah les routes polonaises, c’est toujours une surprise

IMG_4201

Je suis allé à l’hôpital … pour retrouver Janina, qui m’avait invité électroniquement. Dès le premier contact, je me suis dit que la soirée allait être difficile, elle ne parle que le polonais et le russe. Elle m’a indiqué la route pour me rendre dans sa maison et là en sortant de la ville, la chambre à air à l’avant éclate. Sans compter que la chambre à air a aussi fait des siennes toute la journée, 3 crevaisons. Le nouveau pneu n’est pas en cause, c’est juste que la chambre à air est trop vieille. Du coup j’étais un peu dans la mouise, n’ayant qu’une seule chambre à air de secours. Heureusement, Janina est venue à mon secours et m’a amené au 1er magasin de vélo de la ville. 2 chambres à air neuves pour 7€, de toute façon je n’avais pas le choix.

Une fois tout remis en place, j’ai été accueilli à la polonaise par la famille de Janina : le repas était prêt, je n ‘avais plus qu’à mettre les pieds sous la table. Dans sa famille, on aime chanter, j’ai eu droit à un vrai concert, avec l’aide de la vodka faite maison. La soirée s’est étirée en longueur avec un barbecue dans le jardin et finalement, j’ai passé un très agréable moment, dommage que je n’ai pas plus tenir plus longtemps. Afin de garder les idées claires, j’ai de temps en temps discrètement verser mon verre sous la table. Ce n’est pas très glorieux mais ce soir je n’avais pas un estomac fait pour résister à la boisson locale.

IMG_4103

IMG_4200

mauvais signe

IMG_4207

Merci Janina, quelle soirée !

Que la nuit a été mauvaise. J’ai passé la moitié de temps aux toilettes avec un sérieux mal de bas ventre. Au réveil je ne pense qu’à une chose : être allongé dans la tente et colmater. Au petit déjeuner je me suis forcé pour manger, mes contentant des tomates et des concombres. Le lard aurait fini dans les toilettes.

IMG_4219

Accompagné les ppremiers kilomètres par le fils de Janina

IMG_4232

pause en attendant le bac, ce n’est pas la grande forme

Je ne pars pas dans les meilleures dispositions mais je garderai un souvenir impérissable de mon passage à Siematycze. Au bout de quelques kilomètres je rattrape la ‘greenvelo’ et très vite je vois beaucoup de cyclos, toujours avec 2 sacoches. Au grès des pauses, on se retrouve de temps en temps sur la route, c’est bien sympa.

IMG_4233

IMG_4250

le tractuer à la mode sexy ou hot

IMG_4254

Je longe maintenant la rivière Brug, frontière naturelle en la Pologne et le Bélarus. J’étais tout excité de passer par là mais en fait, on ne sent pas l’influence du voisin à part quelques églises orthodoxes, je suis un peu déçu. Le passage dans la ville frontière de Terespol est assez spécial. C’est une ville rue sans centre ville, ça fait vraiment bizarre et la vie ici semble terriblement ennuyeuse, c’est mort.

J’ai poussé encore quelques kilomètres pour planter la tente dans un champ, les moustiques ont été à la fête, moi un peu moins, j’ai dérouillé.

Au fil de la journée, la sensation de mal-être s’est amenuisée mais je n’ai pas fait long feu après le repas. Claqué.

Je peux tirer un petit bilan satisfaisant de ces 2 premières semaines. Je me suis évertué à avancer sans me hâter. Maintenant les jambes tournent bien, je suis près à affronter les premières collines de l’Ukraine.

IMG_4265

hum la bonne eau du puits

IMG_4284

la rivière Bug, à gauche le Bélarus

IMG_4290

.

Publicités

2 réflexions sur “Le route à vélo « Greenvelo »

  1. Effectivement, ça n’a pas l’air d’être la grande forme, après les genoux, les intestins !? En même temps, tu trimballes peut-être la cause de des désagréments, pire, 3 jours de sacoches ça doit faire mal au lard… Réchaud, ou frigo (et encore) indispensables ! A moins que l’eau du puits ?
    A part ça, cette green vélo a l’air bien sympathique et reposante dans ces contrées plates. Je préfère la tenue de la tractoriste avec son sous-tif de travail, à celles de nos collègues cyclos couronnés de go-pro !
    Bon voyage.

    J'aime

    • Salut Franics
      Pas facile d’engloutir autant de viande en peu de temps, j’ai fait de mon mieux … et je n’aime pas jeter, même quand c’est offert donc gratuit.
      L’eau du puits, excellente et bien meilleure que l’eau qui coule du robinet dans des tuyauteries souvent hors d’âge.
      Bon un cyclo, c’est quand même solide, il en faut plus pour les mettre à terre. La vie au grand air est bonne.
      Concernant nos amis polonais épris de rando à vélo depuis peu, ils ont souvent une tenue très cycliste, très « pro ». Les caméras, j’en vois de plus en plus sur les casques de cyclos et de … motards.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s