Le plat, un bon entraînement

16 – 19 août

Auce (lettonie) – Joniskis – Seduva – Sangailai – Zezmarai (lituanie)

279 km

ziezmarai

Au départ, ce matin, j’ai le choix pour passer la frontière, pas moins de 4 en 50 kilomètres. Je préfère prolonger le plaisir des petites routes lettones non asphaltées et sans voitures plutôt qu’une route moyenne asphaltée en bon état côté lituanien.

IMG_3530

surprise ce matin, il ne pleut pas

IMG_3534

le lac d’Augstkalne

IMG_3535

et son église

 

Martins part au travail vers 7h30, pour le coup ça m’arrange plutôt car la pluie est prévue dans l’après-midi, donc si je peux l’éviter … Le soleil a même osé percé l’épaisse couche nuageuse, du coup les kilomètres sont plus souriants, j’évolue toujours au milieu des champs, les villages sont très rares, je suis plutôt en mode « machine » mais toujours sans forcer.

 

IMG_3539

l’asphalte refait son apparition le temps de la traversée d’un village

 

J’accroche un nouveau passage de frontière entre les 2 pays baltes à mon tableau de chasse, déjà bien fourni. Et très rapidement je retrouve l’asphalte pour les derniers kilomètres, 8 kilomètres de ligne droite au milieu des champs … interminable à 14km/h. Le clocher de l’église de la ville de Joniksis, visible de loin m’a nargué pendant un bon moment, me laissant croire que je n’allais jamais l’atteindre.

Arrivé dans la ville, où la circulation est infernale dans le centre, j’ai juste le temps de manger avant de trouver un refuge pour éviter la pluie, toute l’après-midi.

 

IMG_3547

je collectionne les passages entre LV et LT, le 9è je crois

 

 

IMG_3559

Joniskis, première grosse ville en Lituanie, et première grosse pluie

Autant toute la journée a été fraîche, autant l’accueil chez Dalia et Victor a été plus que chaleureux. Ce couple adore accueillir les voyageurs de passage et malgré des circonstances peu favorables, nous avons passé une très bonne soirée. La traversée de la Lituanie s’annonce sous les meilleurs hospices.

J’ai eu droit à un petit déjeuner unique : du poisson frais frit !! Et des œufs durs mais ça c’est déjà plus commun. Victor se charge de lester mes sacoches de 3 kilos de concombres, de tomates du potager.

Cette partie du nord de la Lituanie est très plat, ça pourrait être la Beauce. Le ciel est toujours aussi capricieux mais j’arrive à passer entre les gouttes toute la journée, ce n’est qu’à quelques kilomètres de Séduva, que je reçois une belle saucée.

IMG_3561

Dalia et Victor, un rayon de soleil dans une journée grise

IMG_3581

petit village sur la route mais grande église

IMG_3583

imaginez le même en bleu-blanc-rouge !

IMG_3587

pommes gratuites tous les jours

IMG_3589

IMG_3598

arrivée à Séduva

J’arrive dans la petite ville à l’heure du déjeuner, je trouve des bancs sur la place principale et commence à manger, tout en essayant de répondre à 3 petits jeunes qui essaient en même temps de me soutirer quelques pièces, qu’ils n’obtiendront pas.

J’ai remarqué qu’une vielle femme me regardait depuis sa fenêtre depuis quelques minutes, je l’ai donc saluée de la main. Et voilà que 10 minutes plus tard, elle m’invite à boire le café. J’ai donc ressorti mon russe des placards pour communiquer avec Zita. Très vite je le retrouve avec une assiette de pommes de terre et un bout de viande. Elle me raconte sa vie, son mari disparu trop tôt et ses soucis de santé. Zita est à la retraite, sa pension est donc très maigre, elle se désole de ne pas pouvoir m’offrir plus, son frigo est vide. Je lui assure que je n’ai pas besoin de plus mais elle tient quand même à m’offrir une ½ litre de vodka fait maison. J’essaie bien de refuser mais elle insiste. Comment dire non ? Peut-être est-elle heureuse d’avoir de la compagnie, je ne sais pas. Je suis assez bouleversé par cette rencontre, de plus dans 4 jours c’est son anniversaire. Je n’ai rien à lui offrir, malheureusement. Et je sais qu’elle refuserait catégoriquement un peu d’argent. J’ai donc pris congé d’elle et ai filé directement au magasin pour lui acheter une carte de vœux et un petit cadeau. Je lui ai fait la surprise de revenir avec son petit cadeau. Zita était au bord des larmes. Peut-être que le temps d’une heure, je lui ai apporté un peu de bonheur.

IMG_3604

Après toutes ces émotions, je suis allé chez Grazina, que j’avais contactée quelques jours auparavant. Et j’ai la surprise d’être accueilli en français. Bah ça alors ! Là encore l’accueil est plus que chaleureux, le contact passe immédiatement. Elle s’inquiète que sa maison est trop petite et peut-être pas assez confortable pour « mes standards français ». C’est le cadet de mes soucis. Comme on dit par chez nous « petite est la maison, grand est le cœur ». Avec son mari et ses amis nous partons découvrir les environs de la ville avant d’aller rendre visite à un autre ami, qui lui, a décidé de vivre simplement mais avec ses idées un peu hors norme. Là encore, une très belle rencontre. Quelle journée forte en émotions. La soirée s’est terminée bien au-delà de minuit. J’aurais tant aimé que le temps ralentisse pour passer encore plus de temps en leur compagnie.

IMG_3619le cimetière juif de Seduva

Lorsque je me réveille, Grazina est déjà partie pour la Lettonie mais son mari prend soin de remplir mes sacoches et de m’accompagner jusqu’à la sortie de la ville. Je passe une bonne partie de la journée à « digérer » la rencontre. C’est l’un des atouts du vélo, il laisse le temps à la méditation et à la réflexion, d’autant que le temps est toujours aussi gris et le ciel menaçant mais comme hier, j’arrive à passer entre les gouttes. C’est aussi plat qu’hier, les villages traversés sont tous « un peu au milieu de nulle part ». Impressionnant.

IMG_3643

les terrains de basket sont partout

IMG_3645IMG_3653

Au bout de 70 kilomètres, limite que je me suis fixé à ne pas dépasser la première semaine, je trouve un lac avec quelques accès vers ses rives. Ça pourrait être un peu plus propre mais ça me satisfait pour passer la nuit, j’ai de l’eau à volonté. Ces derniers jours, la température n’a pas excédé les 20°c, autant dire que la baignade dans le lac n’a pas duré une éternité. Cependant c’est toujours agréable après une journée de vélo. J’ai lutté toute la journée contre le vent, je suis très fatigué. J’ai mangé rapidement un bout et ensuite je suis tombé dans les bras de Morphée.

IMG_3666

chaque village a ses scultpures en bois, sous toutes les formes

IMG_3696IMG_3673

Il a plu durant la nuit mais ce matin, je vois enfin un ciel bleu et le soleil. Que c’est agréable dès le réveil. Une fois tout séché, je reprends la route vers le sud, avec un vent assez soutenu qui vient du … sud. Je me suis fait une raison et je me suis mis en mode automatique, pédalant comme une machine mais prenez soin de ne pas forcer.

IMG_3697

IMG_3699

quel bel endroit pour pique-niquer

Que dire de cette journée ? J’ai commencé à voir autre chose que des champs, un peu de verdure et de forêts, la route est devenue un peu moins plate et j’ai perdu un peu de temps et de kilomètres à Jonava, où les panneaux sont plutôt rares. Mais comme souvent les gens « viennent à mon secours » quand je leur demande et j’ai finalement trouvé la bonne direction.

IMG_3715IMG_3718

Malgré le vent de face, je suis arrivé assez frais à Zuzmarai, où m’attendait Laurynas. Bien qu’il a déjà fait quelques petits voyages avec les sacoches, il préfère les moteurs sur les 2 roues. Il a d’ailleurs dans l’idée de sa faire une petite collection. Il rachète des motos pour 2 francs 6 sous et les entrepose pour l’instant dans son garage, en attendant de les remettre à neuf. Il est bien sympa mais est un peu trop imbu de sa personne et donneur de leçon. Il est l’archétype de celui qui n’en a jamais assez, et qui ne sera jamais satisfait de ce qu’il a … il a l’argent mais n’a pas le temps, moi j’ai le temps et n’ai pas besoin d’argent, ou si peu. Je préfère ma vie à la sienne ! Et je n’impose pas mon point de vue à quiconque. Bon malgré tout le rencontre a été intéressante et enrichissante.

IMG_3725

 

Publicités

10 réflexions sur “Le plat, un bon entraînement

  1. Bonjour David, c’est toujours un plaisir de te lire. Très beau récit que tu fais de ce parcours et c’est vrai, on se croirait presqu’en France. J’ai beaucoup aimé tes rencontres, elles sont si vraies ! Bonne continuation. A bientôt !

    J'aime

  2. Paisible reprise et toujours de belles rencontres. Tâche toutefois de ne pas regagner les 20 kg perdus de ton vélo en le chargeant de courgettes et de vodka ! Peut-être pourrais-tu concevoir une recette de légumes flambés que tu offrirais à chaque étape en remerciement et souvenir de la précédente 😉 !
    Bonne route

    J'aime

    • Salut Francis
      En effet, pas évident de garder un poids convenable, surtout en été quand le potager regorge de légumes et la jardin de fruits.
      La vodka, je ne l’ai pas bue tout dans dans ma tente, je l’ai bien sûr partagée avec les gens rencontrés plus tard sur la route. Elle a été très appréciée !

      J'aime

  3. Salut,

    Ca y est… te voilà reparti pour de nouvelles aventures. Peut être qu’un jour je ferai comme toi en laissant ma vie de sédentaire en prenant mon vélo. Pour le moment je me contente d’une quinzaine de km par jour pour me rendre au boulot à vélo. Mais bon à Grenoble, mes poumons en prennent un coup!

    En tout cas merci de nous faire voyager avec tes photos et tes chouettes récits.

    Longue vie à ton aventure!

    Mathias

    J'aime

    • Salut Mathias
      J’ai un souvenir de Grenoble avec le vélo. Je rentrais d’une petite virée dans les Alpes de 10 jours et les derniers kilomètres n’étaient pas les plus sympas, sous la pluie et avec un trafic important.
      Je suis toujours admiratif des vélotafeurs car je me demande si je serais capable de le faire. Partir d’un point A pour aller à un point B, j’adore mais faire B-A, j’aurais du mal !!
      Bon dimanche et bonne lecture, j’espère !!

      J'aime

  4. On sent bien là que c’est reparti. Mais pour où ? Peut-être vas-tu nous l’écrire ? Vu l’automne qui pointe le bout de son nez, tu descends j’imagine. Tu fais partie maintenant de ces animaux migrateurs qu’on appelle aussi les migrants. Vers où peux-tu bien migrer ? Quel suspense intenable !
    Suerte mi amigo y hasta pronto

    J'aime

    • Salut Jean-Luc
      Les cigognes ne sont pas encore parties des pays baltes, c’est signe que l’automne n’est pas encore arrivé mais il ne devrait pas tardé. Après un épisode un peu gris lors des premiers jours, c’est l’été, tous les jours. Pourvu que ça dure !
      Suerte mi amigo

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s