La côte adriatique

09 – 12 mars

Orahovo (monténégro) – Zagora – Tivat – Komaji (croatie) – Tvrdos (bosnie herzégovine)

265 km

trebinje

Ma deuxième journée au Monténégro est conforme à la première, à savoir des gros pourcentages et des paysages superbes. Je voulais éviter en partie la route de la côte et pour cela, j’avais trouvé une petite rote de montagne mais j’ai du rebrousser chemin, des habitants m’ont dit que la route qui allait vers Budva, vers la côte adriatique était « destroyed » ! J’ai donc fait demain tour et repris une route plus importante mais pas de regret car les vues qu’elle offre sur le lac de Shkodër et les montagnes est (encore une fois!) magnifique. La descente avec la vue sur la mer adriatique me donne des frissons, par la beauté des paysages.

Par contre une fois sur la route de la côte, j’étais plus concentré à regarder ce qui se passait derrière moi qu’à profiter de la nature. Les Monténégrins roulent comme des cons si la route le permet (bon état, pas trop de virages, montée et descentes).

Et puis le béton prend peu à peu plus de place sur la nature, les promoteurs immobiliers doivent se frotter les mains, il y a de la place pour bétonner. C’est juste triste à voir.

Après Budva, je prends une petite route parallèle à la route nationale. Je suis à nouveau seul mais j’en pais le prix fort. Ici ça monte minimum à 12%. C’est sûr que la vue sur la mer est belle !! Mais pour moi il est temps de m’arrêter. Je pensais trouver difficilement car l’espace là aussi est de plus en plus compter mais je trouve encore un pré, sans ses vaches et barrières. Parfait pour récupérer des très gros efforts encore fournis aujourd’hui.

J’ai continué la remontée du littoral adriatique par les fabuleuses bouches de Kotor. C’est surtout la petite toute entre Tivat et Kotor qui en met plein la vue. On se croirait en Norvège. La montagne qui culmine facilement à plis de 1000m d’altitude se jette littéralement dans la mer, c’est absolument fabuleux. Il faut environ 40 kilomètres pour faire la boucle des bouches (qui ressemble à un papillon sur la carte) sur une route relativement tranquille. Je m’attendais à bien pire au niveau du trafic. Bon ce n’est pas encore le printemps, l’été cela doit être infernal.

Arrivé à la frontière avec la Croatie, j’ai préféré prendre une petite route plutôt que la fameuse magistrale, la route qui longe tout le littoral croate. La tranquillité je l’ai eue ! Ainsi que des pourcentages difficiles pour les jambes en fin de journée. Je n’ai eu aucun problème à trouver un petit coin pour la tente, bien que ce soit officiellement interdit en Croatie.

La Croatie, pour moi, constituait une certaine espérance. Celle de récupérer la nouvelle carte bancaire. J’ai un peu traîné en Italie, elle était donc bien arrivée au bureau de poste de Cavtat. Fini le relatif stress en cas de coup dur. Je suis resté 35 jours sans carte bancaire, en vivant avec 110€, traversée Italie-Albanie incluse !!! C’est sûr qu’on ne fait pas de folie !

Une fois la nouvelle carte dans le porte-feuille, eh bien il faut l’utiliser, n’est-ce pas ? J’ai donc pris la direction de Dubrovnik avec un seul but : acheter un nouvel appareil photo. Je pensais que ça allait être simple mais les magasins ne sont pas si nombreux et surtout le choix est plus que restreint. J’ai tourné dans le ville, que je connais maintenant relativement bien, et c’est finalement dans le dernier magasin visité que j’ai trouvé mon petit bonheur. L’appareil que je souhaité était presque 100€ plus cher qu’en France, je me suis donc rabattu sur un modèle dans la gamme en-dessous. En espérant qu’il fasse lui aussi des belles photos !

Tour comme au Monténégro, je n’ai pas pris le temps de visiter le centre historique de Dubrovnik. Je reviens dans le coin au mois de mai en tant que vacancier/touriste. Ce n’est pas plus mal.

Je laisse Dubrovnik derrière moi.

IMG_0011 IMG_0030

Un nouveau pays, inconnu et qui promet beaucoup.IMG_0035

Désertique.IMG_0045 IMG_0056

Trebinje, avant que le soleil se couche.IMG_0078

Juste la place pour la tente !IMG_0084

En attendant j’ai pris la direction de la Bosnie, pour éviter cette « jadranska magitrale » au trafic trop important. Et là les paysages ont totalement changé. En prenant de la hauteur, c’est devenu beaucoup plus sec, et magnifique. Les premiers tours de roue en Bosnie ont été accompagnées par le vent froid du nord-est. J’ai finalement réussi à trouver où dormir en étant protégé mais les nuits restent quand même très très fraîche, ce n’est pas la douceur de l’Italie du sud !

Publicités

2 réflexions sur “La côte adriatique

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s