Balkans, fin de la 1ère partie

08 – 10 mai

vers Vinicka (monténégro) – Bioce – Medurijecje – Podgorica (monténégro)

175 km

podgorica

Me voilà donc de retour au Monténégro et comme les 2 précédentes fois, je mitraille les magnifiques paysages de ce petit pays. C’est vraiment incroyable d’avoir une telle diversité, cela concerne aussi les montagnes. Des épaisses forêts de sapins, des sommets enneigés, en se rapprochant de la mer, c’est plus sec. Mais ce qui me surprend le plus maintenant que le printemps est bien installé, c’est la palette de « vert ». Chaque espèce d’arbre a sa nuance, ça va du vert sombre au vert fluo pratiquement. Avec un ciel bleu en toile de fond, c’est superbe.

IMG_5870 Les feuilles ne sont pas encore sur tous les arbres, surtout en prenant de l’altitude.IMG_5882 IMG_5907 IMG_5922

Une fois n’est pas coutume, j’ai rencontré des cyclos, dans la montagne. Courageux ! Un homme et 3 femmes, arrivés par avion de Sibérie, venus se frotter aux pentes des cols monténégrins pour une dizaine de jours. J’étais tout content de pouvoir discuter un peu mais le mec, seul quand je l’ai rencontré s’est montré d’une amabilité toute russe, m’arrachant pratiquement la carte de la pochette plastique pour faire voir son parcours au Monténégro. Et ensuite, il est parti. Gros con ! Quant aux nanas, rencontrés 5 minutes plus tard, elles ne se seraient pas arrêtées si je ne leur avais pas dit stop. Non mais c’est quoi ces manières ? On a beau voyagé de la même façon mais l’état d’esprit n’est pas du tout le même.

5mn et c’est reparti. 4km de montée encore jusqu’au col pour les filles.IMG_5915 Les sommets blancs, c’est déjà l’AlbanieIMG_5931 IMG_5958 2 rivières, 2 couleurs.IMG_5969Mes compagnons le temps d’un bivouac.IMG_5976

Je me suis arrêté à Bioce, un petit village situé à peine à 15km de la capitale mais j’avais encore le temps, je me suis donc dirigé vers le canyon de la Mrtvice, 30 km en amont. Je n’ai pas eu trop le choix pour l’itinéraire, la grosse route vers Belgrade mais en partant tôt, j’ai été plutôt tranquille. Cette route vaut largement le canyon de la Tara mais est plutôt dangereuse en certains endroits à cause de ses nombreux tunnels non éclairés, dont un long de 500m. Frissons garantis sans la lumière !

IMG_6014

IMG_6019 Je déguste la goutte et le miel, Trop beau pour être vrai …IMG_6028 IMG_6032

Arrivé au niveau du village où commence la balade, une femme me demande si je veux aller dans la canyon. Aussitôt, elle appelle un homme qui me propose une chambre, le repas et l’accompagnement pour 10€. La combine est bien rodée. Je n’ai jamais payé pour dormir en 3 ans mais cette fois-ci pourquoi. Malheureusement la balade a été écourtée par la pluie, je n’ai notamment pas été dans la partie la plus spectaculaire où le sentier est creusé dans la falaise mais pas grave, je suis satisfait de ce que j’ai vu. Tout aurait été parfait si cet homme n’était pas venu fouiller dans ma sacoche guidon où se trouve l’argent. Il m’a « gentillement » délesté des 10€ pendant que j’étais dans le jardin. Bien sûr, ce n’est pas lui mais quelqu’un d’autre qui s’est permis un tel geste, du coup il me fait la nuit gratuite !!

En 3 ans, des gens qui je ne connaissais pas m’ont invités en me voyant sans que je demande quoi que ce soit. Jamais il est arrivé un vol. La seule fois où je paie, … . La moralité de l’histoire est toute simple : c’était la première et dernière nuit payante chez des locaux. Peut-être qu’il a eu des remords, en tout cas, j’ai eu le dîner et le petit déjeuner offert, et je suis reparti le lendemain matin avec 1,5l de lait et du pain maison !

Le canyon de la Mrtvica.IMG_6048 IMG_6063 IMG_6066

Les 40 kilomètres me séparant de Podgorica ont été vite expédiés grâce au vent du nord. Je voulais arriver tôt afin de trouver une solution pour le vélo, dormir et savoir comment rejoindre l’aéroport. Car oui je suis maintenant en vacances pour une grosse dizaine de jours, j’ai de la visite. Podgorica pour un cyclo le dimanche est un rêve, pas de circulation et du plat. La visite est vite effectuée, la ville ayant pratiquement été rayé de la carte pendant la seconde guerre mondiale. Il reste juste une petite partie de la présence ottomane, sinon les architectes des années 50 s’en sont donnés à cœur joie, le tout dans le plus pur style communiste bien sûr.

Pour le vélo, j’étais en contact depuis longtemps avec un warmshower mais depuis quelques jours plus de nouvelles de sa part. C’est au hasard en me promenant dans la vieille ville que j’ai vu un homme essayant de réparer un vélo dans son jardin. Il ne parlait que serbe mais j’ai réussi à me faire comprendre. C’était un souci en moins. Ensuite pour le bivouac, j’ai aussi trouvé facilement, à peine à 1 km du centre se trouve une petite colline où les gens viennent courir et marcher. Il y avait pile-poil un endroit pour la tente, juste ce qu’il fallait pour ne pas être repéré la nuit. Et enfin la question de l’aéroport a aussi été vite réglée. Aucun bus n’y mène, il faut bien que les taxis vivent !! Mais en prenant le bus local jusqu’au village le plus près de l’aéroport, il ne reste que 15 minutes à marcher. Idem pour le train.

Voilà cette première partie de la découverte des Balkans est finie, l’hiver est bel et bien fini, les températures ont drôlement monté. La 2è partie à partir de fin mai s’annonce très chaude, donc difficile pour moi.

Ça c’est du petit déjeuner !

IMG_6076 IMG_6085 IMG_6158 Podgorica.IMG_6160 Sans le vélo !IMG_6173

Publicités

6 réflexions sur “Balkans, fin de la 1ère partie

  1. Mon admiration pour toi est sans bornes et les paysages que tu nous offres ooaaffffff.
    J’ai enfin trouvé le truc pour réussir à te poster un commentaire, je ne mets pas ma vraie adresse email car mon éditeur de blog étant aussi WordPress cela entraîne un gros cafouillage…

    J'aime

    • Salut Françoise
      Tu trouves le temps de lire durant ton voyage ? Tu dois avoir sans doute un peu de pluie 😉
      Je ne sais pas si tu es passée par les Balkans, si ce n’est pas le cas, fais un jour un très gros détour, ça vaut vraiment le coup. Et dire que je n’ai découvert qu’une partie seulement. Mais j’ai encore 3-4 mois, ça laisse le temps de se balader dans la région. Kissos où que tu sois, dans tes belles montagnes ou quelque part dans l’est !!!!

      J'aime

  2. Salut David,
    Si j’ai bien compris, avec le vélo, c’est le boulot et sans le vélo, c’est les vacances…
    Donc tu es devenu un voyageur pro. Un beau titre mérité.
    Pour tes cyclos russes, je crois que tu es tombé sur une survivance du passé: « l’Ours Soviétique ».
    Bonnes vacances ! Labas brīvdienas !
    A bientôt de te lire.
    Ted

    J'aime

    • Salut Ted. Disons plutôt que les vacances, à jouer au touriste, ce sont des jours sans vélo. Mais pas de souci pour le côté pro, je ne suis pas prêt d’écrire un livre et encore moins de vivre de cette vie nomade. Je n’ai aucune contrainte, ça me va très bien comme cela.

      J'aime

      • Salut David,
        tu sais, voyageur professionnel, ce n’est pas si mal que ça. On peut vivre de la passion des voyages et de la découverte. J’ai eu la le bonheur de rencontrer des gens comme Albert Mahuzier et Christian Zuber qui finançaient leurs expéditions avec des livres et des conférences « Connaissance du Monde ».
        Pourquoi ne pas publier tes propres itinéraires cyclos dans des guides comme le Routard ou Lonely Planet… Tu as déjà pas mal de matière première.

        J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s