Roumanie, Bulgarie par la côte de la mer noire

13 – 16 septembre

Baia (roumanie) – Constanta – Mangalia – Balgarevo – Varna (bulgarie)

300 km

varna

Le matin Jul avait les idées un peu plus claires mais seulement pour une question d’heures. Il ne mange pratiquement pas et carbure à la bière. Déjà qu’il n’est pas bien épais …

Encore une fois je suis sur la route avant 8 heures pour rouler à la fraîche, le vent a tourné et est maintenant favorable. Bien que la mer noire soit proche, j’ai mis du temps à la voir et à faire trempette. L’eau est encore bonne mais je préfère attendre la fin de l’après-midi pour me baigner.

img_6059

beaucoup de vent, principalement du nord-est

img_6067

La Roumanie a assez peu de kilomètres de littoral et elle est en train de le sacrifier sur l’autel du business. Sur 20 kilomètres jusqu’à la ville de Constanta, c’est une succession de construction anarchique. Au départ ce matin, je pensais rester là pour la journée mais ce n’est pas vraiment ma tasse de thé, j’ai donc filé jusqu’à la ville.

img_6068

img_6086

ça donne envie de se baigner ?

75 kilomètres dans les jambes en début d’après-midi. Est-ce que je continue ou est-ce que je m’arrête ? J’ai trouvé de la wifi dans la ville et j’ai contacté 2-3 personnes sur couchsurfing pour une demande dernière minute. Et au bout de 15 minutes, j’ai une réponse favorable ! Monica a déjà une invitée chez elle mais il y a de la place pour moi, super ! Cette rencontre me change des précédentes invitations spontanées où les relations/questions ne sont pas les mêmes. L’ouverture d’esprit est plus grande et la discussion ne tourne pas autour du pourquoi/comment. La soirée a été reposante même si elle s’est terminée tard, ça fait du bien.

img_6124

le casino de Constanta, il tombe en ruine

img_6129

Merci Monica et Kati

Je n’ai décollé qu’à 11 heures, il faisait déjà chaud. J’étais plutôt partant pour rouler le long de la côte mais je ne sais pas ce qui m’a pris, j’ai préféré prendre une plus petite route pour éviter le trafic. Et mal m’en a pris puisque cette petite route n’existe que sur la carte. Et au lieu de rebrousser chemin, j’ai continué en direction de la Bulgarie, par les terres, car une autre petite permettait de rejoindre la côte.

Les kilomètres ont défilé, se sont accumulés et ce qui devait être comme une journée relax s’est transformée en une journée normale, les boules. Rebelote dans un village, les derniers kilomètres pour rejoindre Mangalia ont doublé, faute de route valable sur le terrain. J’ai coupé à travers champ avec en ligne de mire les hôtels balnéaires de la côte.

img_6146

oui c’est bien par là

img_6150

et tout droit

Du coup je suis arrivé bien fatigué, j’ai roulé sous le soleil, sans pause/sieste, pour ‘profiter’ de Mangalia, dernière grosse ville à la frontière. La saison est finie depuis quelques jours mais c’est encore animé. Dans 2 semaines, ce sera une autre histoire !

img_6155

img_6158

Vénus, Jupiter, Neptune … les noms des stations balnéaires dans le coin

img_6168

img_6170

Je passe ma dernière soirée roumaine en compagnie de Indrei, sympa jeune militaire qui est stationné dans le coin depuis 1 an. Il espère en bouger le plus vite possible, l’hiver c’est déprimant à Mangalia, c’est mort.

Pour ma part je tire un petit bilan mitigé de cette traversée rapide de la Roumanie. Ce n’est pas dans cette partie du pays qu’il faut venir, les montagnes dans le centre, ce sera pour une prochaine fois.

img_6178img_6183

Les militaires se lèvent et commencent tôt, je suis dehors à 7 heures du matin mais le temps de prendre le petit déjeuner et de faire les dernières courses, je démarre à 8h30. Je savais qu’il allait pleuvoir cet après-midi, j’ai donc fait le maximum de kilomètres avant les premières gouttes. Rien à signaler lors de cette étape. J’ai rencontré un cyclo allemand juste après le passage de la frontière, on a roulé un peu ensemble avant de prendre des routes différentes. Je préfère toujours les petites routes tandis qu’il est plutôt du genre à tracer.

Cette partie de la côte est assez sauvage dans le sens où il n’y a quelques petites villages et aucune construction pour le tourisme de masse. Il faut dire aussi qu’il n’y a pas de plages (ce sont des falaises), ceci expliquant peut-être cela.

img_6198

en Bulgarie pour la 3è fois en 16 mois !

img_6204

du pétrole sur la côte, voilà pourquoi le nom de mer noire !

img_6219

un magasin d’alimentation dans un village

J’ai réussi à trouver un abri brus assez grand pour moi et le vélo lorsque l’orage est arrivé et j’en ai profité pour pioncer un peu, je n’avais que cela à faire ! Puis je suis allé faire un tour au cap de Kaliakra, resté lui aussi assez sauvage malgré les nombreux cars de tourisme. J’aurais bien aimé dormir au cap mais c’était trop venté, je suis donc retourné vers les terres pour quelques kilomètres.

Première journée en Bulgarie tranquille, à l’image des villages où il ne se passe pas grand chose. C’est même mort. Quel changement après la Roumanie et la Moldavie !

img_6244

le cap de Kaliakra

img_6223

après l’orage

img_6177

 

Grand soleil au réveil, la tente est vite séchée et je suis rapidement sur la route. Je voulais prendre la roue de la côte mais je l’ai loupée, les indications sur les panneaux n’étaient pas très claires. Je me suis donc retrouvé sur la nationale, avec les camions et les voitures pendant une bonne trentaine de kilomètres. Pas marrant mais parfois il faut faire avec.

img_6249

img_6251

des mouches partout ce matin au bivouac

img_6261

Mais dès que j’ai pu, j’ai rattrapé la côte et bonne surprise, la route marquée en rouge sur la carte n’est en fait qu’une route secondaire. Je traverse la station balnéaire de « la plage dorée », qui n’a de doré que le nom. Sur plusieurs kilomètres, la route est coincée entre les falaises et les hôtels.

img_6263

récolte des poivrons, un sac de 5kg, 0,50€

img_6284

arrivée à Varna .. et des drapeaux immenses !

img_6174

Je suis arrivé à Varna en début d’après-midi et j’ai pris le temps de découvrir cette ville bien agréable avec son immense jardin du front de mer où il fait bon de trouver un banc à l’ombre. La vie semble paisible ici malgré l’excitation permanente des voitures. Je suis ensuite allé retrouvé mon hôte, Slawa, Ukrainien qui étudie ici. J’ai donc eu l’occasion d’en apprendre un peu plus sur l’Ukraine, et peu sur la Bulgarie. Pas grave, ce sera lors d’une prochaine rencontre dans la semaine.

img_6294

les plages de Varna

img_6332

img_6347

le petit plaisir de mon hôte !

 

Publicités

10 réflexions sur “Roumanie, Bulgarie par la côte de la mer noire

  1. Hallo lieber David,
    es ist nun über ein Jahr her, dass du bei uns warst, wir denken gerne an dich 🙂
    Es freut uns, dass wir dir hier noch immer ein bisschen nachspionieren können auf deiner spannenden Reise 😉
    Wir bewundern deine Bilder u freuen uns über deine Berichte!
    ….vielleicht kommst du bei der Rückreise wieder einmal hier vorbei …..Dieses Jahr haben wir leider fast keine Äpfel zum Saft machen.
    Viele liebe Grüße u gute Wünsche aus Österrreich
    von Vroni & Roman

    J'aime

    • Hallo Vroni und Roman
      Ich freue mich riesig, von Euch zu hören. Ja es geht mir gut und vor allem ich habe immer Spass, jeden Tag zu radeln und jeden Tage, neue nette Leute kennenzulernen.
      Vielleicht sind die Apfelbäume so traurig gewesen, dass ich nicht dabei bin, um Saft zu machen !! Dieses Jahr in Polen waren die Bäume voll. Jedes Jahr ist anders. Einmal top, einmal flop, auch wie im Leben.
      Ich schicke Euche herzliche Grüsse aus der immer noch warmen Balkan Region.

      J'aime

  2. Coucou David, j’ai détesté cette côte, en plus moi j’avais le vent contre, j’ai détesté Constanta, j’ai détesté la zone industrielle ou en plus de respirer leur trucs toxiques j’ai été aspergée de je ne sais quoi, mais quand même, quand même j’ai trouvé un petit coin de paradis où les canards m’ont donnée une grande leçon de vie.
    Profite David, profite, un ami cyclo s’est fait renversé par une voiture, depuis un mois il est dans le coma.
    Suerte y kissossssss

    J'aime

    • Salut Françoise
      normal que tu avais le vent de face, tu remontais la côte et le vent dominant vient du nord-est !! Par contre pour moi, c’était plutôt confortable !
      Oui oui je profite car on ne sait jamais de quoi est fait le lendemain.
      Suerte.

      J'aime

    • Hello Dave, I am happy to hear from you ! Well for me it is easy because i am not restricited with the time, i can stay as long as i want in the EU countries and the bike is definitly a good way to discover and meet locals.

      J'aime

  3. Hello David,
    Ton commentaire: le petit plaisir de mon hôte, j’imagine nous avons la même vision sur la chose. Cela dit, quel régal, assis devant mon écran, que de te suivre. A peine rentré, avons déjà des fourmis dans les jambes, patience Nicole et moi avons déjà planifié notre date de reprise.
    Nous t’embrassons.

    J'aime

    • Salut Nicole et Renaud
      Disons que pour prendre du plaisir, j’ai juste besoin d’être sur le vélo, c’est mieux pour la santé et ça permet de faire des belles rencontres … comme celle-ci entre autre !
      En attendant de reprendre la route l’année prochaine, j’espère que mes modestes articles vous aideront à patienter.
      Bon repos à vous 2, ça fait quand même du bien mais c’est vrai que c’est difficile de rester en place quand on est devenu un nomade.
      Je vous embrasse bien fort, à bientôt.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s