Le goudron colle

Narvydziai (lituanie) – lac Stroku acs 70km

 

aizpute

 

J’étais tellement fatigué que le sommeil a été excellent, néanmoins pas moyen de faire la grasse matinée, il n’y a pas d’ombre dans le champ. Et pas trop le choix non plus, il faut se tartiner dès le départ de crème solaire.

Comme les jours précédents, l’avancée est toujours aussi lente mais je sens que les jambes sont plus puissantes qu’il y a 3 jours. L’incursion en lettre lituanienne prend fin au bout de 15 kilomètres, c’est marrant, une fois franchit la frontière, je me sens à la maison !

IMG_0868

IMG_0870

Lituanie catholique

IMG_0871

on ferme les yeux et on se bouche le nez …

Dans le premier village a lieu le premier arrêt touristique de la journée pour voir des sculptures en bois dans une forêt. Entre la description lue sur internet et la réalité, il y a un monde. Ce parc aurait besoin d’un brin de toilette, certains chemins ne sont plus bons pour les vélos et certains sentiers ont quasiment disparu, la végétation a pris le dessus. Et dans ce parc, on y voit plus de poivrots qu’autre chose mais c’est quand même bien agréable, pour l’ombre procurée et la relative fraîcheur.

IMG_0888

dans le parc d’Aizviki

IMG_0897

IMG_0898

un délice

IMG_0908

les routes en graviers sont parfois meilleures que celles asphaltées

Les 10 kilomètres suivants sous le cagnard (40°c au soleil) et une mauvaise route en gravier sont plus que difficiles mais comme très souvent, le petit coup de pouce du destin apparaît, ici sous la forme d’une ancienne carrière transformée en zone de baignade. Que c’est bon de se rafraîchir un peu.

Arrivés au village suivant, c’est un peu la croix et la bannière pour se ravitailler en eau. Les fontaines du sud de l’Europe sont bien loin …

IMG_0919

le « cimetière des frères » au sud de Priekule honore les soldats (principalement russes) tombés au combat entre 1941 et 1945

IMG_0925

dans le style léger …

IMG_0926

IMG_0927

souvenir des Suédois à Priekule

IMG_0933

A 17 heures, le compteur n’affiche que 30 kilomètres, c’est de moins en moins au fil des jours (!) mais ensuite les pauses se raréfient et la route en gravier est bien plus roulante.

Dans la tête, uns seule obsession : dormir près d’un lac pour se rafraîchir. Les lacs, ce n’est pas ce qu’il manque mais c’est toujours quand on cherche qu’on ne trouve pas ! Puis au fil des kilomètres, je me retourne de plus en plus pour scruter les nuages noirs qui deviennent de plus en plus menaçants. Donc maintenant il faut trouver un lac et monter la tente avant que l’orage n’éclate ! Le tout sans se déglinguer le genou !

IMG_0956

IMG_0958

route en gravier parfaite et ludique (montées, descentes, virages)

IMG_0964

Bon il faut croire que le dieu cyclo existe puisque la tente a été montée près d’un lac avant les premières gouttes ! Ouf quelle journée encore.

Dans la tente, malgré l’orage, c’est quand même le sauna. Et pas moyens d’ouvrir les moustiquaires sous peine de passer une très mauvaise nuit : un bbzzzzz permanent autour de la tente se fait entendre. Il faut croire que les moustiques (femelles) sont très excitées par ma présence.

IMG_0965

LE bivouac tant espéré !

IMG_0966

il y a même une table et des bancs pour manger, royal

 

Publicités

6 réflexions sur “Le goudron colle

  1. Ouaaa la photo du bivouac
    Pour les moustiques je t’en ai renvoyés quelques uns, ne t’inquiète pas j’en ai gardés, quand à la chaleur je t’ai tout renvoyé, hier 16 degrés mais le soleil revenant ça va regrimper…
    Kissosss

    J'aime

  2. « c’est marrant, une fois franchit la frontière, je me sens à la maison ! » : c’est fort ce que je viens de lire !
    Quand on se sent bien dans le coeur, les frontières s’effacent, Nous sommes tous des habitants de la Terre.
    Suerte mi Amigo David

    J'aime

    • Des habitants de l’univers même !!!
      Que c’est bon ici en Europe de ne pas avoir de frontières à franchir…
      Besossss Janadou, mi hermano de corazón quién me ha totalmente olvidado….

      J'aime

      • Bon il reste 1 ou 2 frontières très difficiles à passer mais c’est vrai que cette liberté de mouvement me plaît énormément. Pas de tracasserie administrative, pas besoin de rester 10 jours dans la ville. Juste dommage que ce soit relativement petit quand tu compares l’Europe aux autres continents. Bonne route danubienne Françoise.

        J'aime

    • Salut Jean-Luc
      Disons que quand tu restes longtemps dans un endroit et que tu t’y sens plutôt bien, tu es content d’y retourner, revoir les amis.
      Mais ce n’est pas exclusif à la Lettonie, en Italie et en Allemagne je me sens aussi chez moi.
      Suerte mi amigo

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s