Viens chez moi !

24 – 26 juillet

Bitola (macédoine) – Kristallopigi (grèce) – Pretushë – Lin (albanie)

167 km

lin

Qu’il est difficile de dormir dans le centre d’une ville, particulièrement l’été. Les habitants de Bitola adorent se promener dehors, et le font bruyamment. La nuit a donc été difficile, dormant avec les fenêtres ouvertes (30°c dans l’appart). Dimitri m’a bien proposé de rester un jour de plus mais je préfère dormir dans la tente ce soir !

16 kilomètres sympas séparent Bitola de la Grèce, avec de moins en moins de trafic à mesure que la frontière s’approche. Je garderai un très bon souvenir de la Macédoine, avec surtout une qualité de fruits et légumes qui n’existent plus en France, ou alors à des prix exorbitants, contrairement à ici. Par contre il faudra que je revienne … dans 20 ans, quand toutes les routes seront asphaltées et surtout indiquées !!!

Je fais donc un petite incursion en Grèce, pour une seul journée et ma foi, j’ai vu des beaux paysages. Par contre toujours ces petits villages quasi déserts où beaucoup de maisons sont abandonnées depuis des années.

J’ai préféré m’arrêter juste avant la frontière albanaise, préférant passer la soirée au calme, d’autant que ce n’est pas l’espace qui manque ici. Les champs ont fraîchement été coupés et j’ai l’embarras du choix pour dormir. Quel luxe. J’ai opté pour le champ bien plat avec un arbre pour l’ombre. La température est idéale et les insectes volants assez peu nombreux. Le rêve ! Ce n’est pas tous les jours ainsi.

IMG_5597 Derniers kilomètres en Macédoine.IMG_5670 village grec.IMG_5702 IMG_5705 IMG_5731 Pas étonnant que la Grèce soit dans une situation difficile ! Si l’économie est comme ce panneau ….IMG_5732 Désert !IMG_5745 J’adore le détail de la pierre qui s’explose !IMG_5761 A la recherche du bivouac.IMG_5767 IMG_5768

Il ne m’a pas fallut bien longtemps pour entrer en Albanie, même pas 1 kilomètre ! Et bonne surprise, sur cette route « européenne » , je bénéficie d’un espace sur le côté pour rouler tranquillement avant de trouver une plus petite route.

Je me suis arrêté dans la petite ville de Maliq en milieu de matinée, et je n’en suis reparti que vers 15h ! Rapidement des hommes sont venus pour parler avec moi, j’ai été ensuite invité à assister à la prière à la mosquée et comme si cela ne suffisait pas, on m’a payé 2 hamburgers et un café.

Pour rejoindre Tirana, j’escomptais prendre une route sans voitures, une piste plutôt de bonne qualité mais on m’a très fortement recommandé de ne pas m’y aventurer. La route est en effet en travaux, et c’est carrément de la boue qui m’attendait. La route est en travaux et avec les orages tombés durant l’après-midi, cela aurait vite tourné au calvaire je crois. Je me suis donc montré sage et j’ai pris la grosse route qui passe par le lac d’Ohrid. Je n’ai pas roulé bien loin, stoppé par un orage et la pluie. J’ai trouvé refuge dans une station service et là encore, on m’a offert le café !

Et vous devinez bien sûr la suite, j’ai fini la journée dans une famille après avoir demandé où je pouvais dormir au sec. Cette première journée résume assez bien ce qui attend le voyageur à vélo ici : des gens généreux et des paysages magnifiques.

IMG_5659 IMG_5789 Les « lavage » sont partout !IMG_5790 IMG_5807 IMG_5811 Les petits malins. On a discuté un peu et au moment de partir, ils voulaient un peu d’argent !

J’aurais bien aimé profité des eaux chaudes du lac d’Ohrid le matin à Pogradec mais il y avait déjà foule sur la plage et j’ai longtemps discuté avec des jeunes.

La suite ? Une grosse session internet/skype et une petite vingtaine de kilomètres roulés pour sortir de cette zone très touristique, où l’espace est plus que compté. C’est donc au dernier village, avant l’ascension d’un col, que j’ai demandé où je pouvais dormir avec la tente. C’est marrant, dans les cafés, il y a toujours quelqu’un qui parle italien. Donc aujourd’hui je suis tombé sur Salvatore (son prénom en Italien, plus facile à retenir), qui comme la plupart des hommes albanais a passé une partie de sa vie dans la botte pour travailler. Tout comme hier, il m’a rapidement proposé de m’héberger. J’ai ainsi passé une seconde soirée dans une famille. La langue n’étant pas une barrière, nous avons pu avoir une conversation sur la vie et il s’est avéré qu’au fil de la discussion, Salvatore est devenu moins enthousiaste. Comme la plupart des gens dans les Balkans, il est complètement enfermé dans ce carcan traditionnel où si tu n’es pas marié, tu n’as pas d’enfants, que tu ne vis pas avec tes parents, pas de maison et pas de travail, alors tu n’es pas un homme bon. Je n’ai jamais peur de dire ce que je pense. Ce que je regrette surtout, c’est que les gens disent ce qui est bien pour toi ou non. Dommage.

Merci !

IMG_5847 IMG_5851 IMG_5854 Pogradec.IMG_5865 IMG_5868 IMG_5880

Publicités

6 réflexions sur “Viens chez moi !

  1. Bonjour David
    Nous avons sillonné les Balkans ce printemps et avons beaucoup aimé l’Albanie! Tes belles photos et ton récit nous font revivre un peu notre aventure , c’est génial!
    Bons tours de roues
    Chantal et JP

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s