En mode alternatif

20 – 23 juillet

vers Dzepiste (macédoine) – Struga – vers Pestani – vers Stenje – Bitola (macédoine)

185 km

bitola

Je n’avais pas une folle envie de faire du kilomètre aujourd’hui. Pour la simple et bonne raison que je ne tenais pas à découvrir la ville d’Ohrid par plus de 30° l’après-midi, au milieu des touristes. J’ai donc roulé tranquillement jusqu’à Struga, l’autre grande ville sur les rives du lac d’Orihd.

Peut-être la fatigue accumulée liée à la chaleur ou un manque de fraîcheur des produits que j’ai mangés mais le petit déjeuner est ressorti. Voilà une très grande partie de la journée, je suis resté allongé, à sommeiller, profitant d’une petite bise plus que bienvenue et prendre le temps de regarder les « juillettistes » profiter de leur 15 jours de vacances d’été. Ici les tongues sont de rigueur, aussi bien chez les hommes que chez les femmes.

L’orage passé, que ça fait du bien, j’ai roulé quelques kilomètres. Je pensais que cela allait être une galère pour dormir mais finalement un champ de pommiers près du lac fait l’affaire ! La baignade m’a fait un bien fou, j’espère que demain je serai d’attaque pour grimper dans la montagne.

Entre Debar et Struga, c’est beau.

IMG_5313 IMG_5316 IMG_5326 Sur les rives du lac d’Ohrid. Un local ici.IMG_5347 Beaucoup de cormorans.IMG_5348 Et trop de touristes là.IMG_5354 IMG_5371 Ce n’est pas encore l’époque des pommes.IMG_5374 IMG_5385

Tous les gens en Macédoine m’ont parlés de la ville d’Ohrid. « Il faut y aller, c’est beau » etc … Après donc quelques kilomètres pédalés, je suis arrivé dans la « St Tropez » macédonienne, tôt pour éviter la foule des groupes de touristes. Et le moins que je puisse dire, c’est que je n’ai pas été impressionné par ce que j’ai vu. Certes le site est charmant, tout comme le lac en lui-même mais ça sent trop le coin à faire du fric en un minimum de temps avec les touristes venus pour dépenser leurs Denars.

Déjà à 10h, il faisait 30° et j’ai eu envie de passer par la montagne plutôt que de longer le lac. Seuls 4 petits kilomètres me séparaient du dernier village, avant la piste. Et bien ces 4 kilomètres ont eu raison de ma volonté. Je suis arrivé complètement exténué, avec notamment le dernier kilomètre à 12% en plein cagnard. J’escomptais me reposer dans un café mais dans ce village, rien de rien. Je ne me sentais pas le courage de continuer avec plus de 600m de dénivelé en plein soleil. Je suis donc descendu sur les rives du lac et me suis arrêté là où j’ai trouvé un banc et de l’ombre. Le reste de la journée ? Allongé, complètement léthargique. La petite bise a été la bienvenue tout le long de l’après-midi. Ce n’est qu’après 18h que j’ai repris la route, juste pour trouver un coin où dormir. Je commence à douter de mes capacités à supporter cette chaleur.

Ohrid !IMG_5387 Le lac d’Ohrid et ses plages près de la route.IMG_5430 Xavier, un Breton de Brest, parti en février avec son vélo et depuis cet été à pied. Belle rencontre.IMG_5437 IMG_5438 IMG_5443

Réveil matinal, à 5h sans l’alarme. Il fait 20°, idéal pour pédaler. En donnant mes premiers coups de pédale, je ne savais vraiment pas si j’allais en Albanie ou si je restais en Macédoine. C’est en fait la route qui a décidé pour moi. Ça a commencé à grimper sur 3 kilomètres, j’ai donc décidé de poursuivre vers le col, situé 800m plus haut. Et j’ai finalement fait le bon choix. Pendant 1h30, les vues sur le lac d’Ohrid et la partie albanaise sont devenues sublimes et j’ai grimpé à l’ombre, profitant que le soleil ne soit pas encore passé par dessus la montagne. Ouf, je suis rassuré sur mes capacités de « grimpeurs ». Dans la descente, c’est un autre lac, le lac de Prespa et la montagne de Pelister qui se sont offerts à mes yeux. Le lac de Prespa est aussi tranquille que le lac d’Ohrid est touristique ! Je me suis arrêté dans le premier petit village, à quelques kilomètres de la frontière albanaise, pour prendre un bain. Puis ma curiosité m’a poussé à prendre la piste pour aller au bout du bout de la Macédoine. Tout le charme de ce lac est dans ce hameau tranquille où le temps semble s’être arrêté. Le coin rêvé pour … rêvasser, les pieds dans l’eau et la tête à l’ombre.

J’ai par contre échappé de très peu à l’orage, qui a eu pour effet de baisser les températures et de respirer un peu.

IMG_5388 Le lac d’Ohrid avec vue sur l’Albanie et Pogradec.IMG_5453 Passé le col, le lac de Prespa, entre Macédoine, Grèce et Albanie.IMG_5463 Magasin d’alimentation à Stenje.IMG_5469 Que je suis bien ici, à Konjsko, les pieds dans l’eau.IMG_5495La plage de Stenje, déserte après le gros orage.
IMG_5501

Tout comme hier, j’ai pu avalé mes premiers kilomètres à la fraîche, avant que le soleil se lève. Et quel spectacle de le voir se lever sur le lac de Prespa et les montagnes du Pelister. Merci Dame nature. J’ai ainsi pu passer le col sans trop suer (!), malgré les pavés, et suis arriver tout frais à Bitola pour un arrêt internet, après avoir visité le bazar, encore endormi. Ce n’est pas de cette façon que je vais arriver à dépenser mes derniers Denars !

Et là alors que je m’apprêtais à reprendre le vélo, un homme, Dimitri, s’intéresse à moi et m’invite à boire un café. Au bout de 20 minutes, j’ai les clés de son appartement situé à 2 pas du café, en plein centre ville de Bitola ! Elle n’est pas belle la vie. Et moi qui pensais passer la nuit en Grèce ! Bien sûr j’ai accepté cette proposition.

Grâce à cette invitation inattendue, j’ai pu prendre le temps de découvrir la ville, chose que je peux rarement faire quand je suis avec le vélo chargé. Et surtout j’ai eu un semblant de vie sociale en faisant comme tout le monde ici, c’est à dire, faire sa promenade du soir sur le corso, la longue rue piétonnière où les cafés rivalisent de décibels pour attirer une clientèle avide de dépenser ses Denars. Pour tout vous dire, je suis plus à l’aise avec les cigales ou les grenouilles, voire les moustiques !

Je peux donc quitter la Macédoine sereinement, malgré mes mésaventures sur les routes non asphaltées, grâce à Dimitri.

IMG_5472 Le soleil se lève sur le lac de Prespa, vers 6h du matin.IMG_5513 Ancienne route nationale, pavée, entre Ohrid et Bitola. Ça secoue (avec un col en prime) mais au moins j’ai la paix.IMG_5526 Le parc national de Pelister, de loin.IMG_5531 Merci qui ? Merci Dimitri !IMG_5564 Mon appartement de luxe dans le centre ville de Bitola !IMG_5568 Dans le bazar.IMG_5590Au marché de Bitola : 2kg de tomates, 1kg de paprikas, 1kg de pêches, 1kg de pain : 2,45€ !!!!IMG_5609

Publicités

2 réflexions sur “En mode alternatif

  1. Coucou David
    Contrairement à toi mes muscles marchent à l’énergie solaire et jusqu’à 42° je laisse tout le monde sur place… Piètre revanche sur mon handicap… Au-dessus de 42° je souffre, alors je me mouille…
    Ne te fatigue pas trop David et merci de nous faire voyager avec le je ne sais quelque chose qui te caractérise…
    Kissossssss

    J'aime

    • Salut Françoise. Le soleil, c’est seulement mon ami l’hiver, ensuite j’essaie de me protéger au maximum, ma peau ne l’aime pas. Même en octobre, je suis obligé de mettre la crème solaire, c’est pour dire !!! Bon je m’habitue quand même à cette chaleur mais que c’est dur !! Kissoss 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s